faq search member list user groups register profile private messages

 
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet    L'ENFER! Index du Forum L'ENFER? L'ENFER? Les morts existent-ils quelque part ?
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Avr 2008
Messages: 55

MessagePosté le: Mer 23 Avr - 06:05 (2008) 
MessageSujet du message: Les morts existent-ils quelque part ?
Répondre en citant
Les morts existent-ils quelque part ?

Que devient-on quand on meurt ?

L’homme, depuis toujours, se demande ce qui arrive après la mort.
 
Continue-t-il d’exister ou tout s’éteint pour lui ?

 
Va-t-il quelque part ou disparaît-il littéralement sans que rien de spirituel en lui ne subsiste ?


Beaucoup sont ceux qui croient qu’après la mort, il n’y plus rien.
L’homme n’a rien de spirituel qui survit à sa mort.

 
Ils réfutent la doctrine de l’immortalité de l’âme qu’ils dénoncent comme païenne.

 
Ils, pour ceux qui sont chrétiens, s’appuient pour cela sur
Ecclésiaste 9 : 5 – 6 qui dit :
« Les vivants, en effet, savent qu’ils mourront ; mais les morts ne savent rien, et il n’y a pour eux plus de salaire, puisque leur mémoire est oubliée. Et leur amour, et leur haine, et leur envie, ont déjà péri ; et ils n’auront plus jamais aucune part à tout ce qui se fait sous le soleil. »


D’autres, comme moi, soutiennent avec l’aide des Ecritures, que les morts continuent à mener une existence après leur vie terrestre.
Ceci est le but de cet article, montrer à l’aide de la Parole de Dieu, en partant de l’histoire du pauvre Lazare et de l’homme riche, que toute la Bible soutient l’idée d’une survie de l’âme après la mort du corps.

Notre seigneur Jésus-Christ distingue clairement la mort du corps de celle de l’âme quand il dit :
« ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme » (Matthieu 10 : 28).
Pour lui la mort du corps n’a pas pour conséquence celle de l’âme.
Mais l’étude de la distinction du corps, de l’âme et de l’esprit sera
l’objet d’un autre article.

Précisons, néanmoins, que dire de la doctrine de l’immortalité de l’âme qu’elle est païenne est complètement faux. Lisons ce bout des Ecritures :
« J’ai vu à quelle occupation Dieu soumet les fils de l’homme. Il fait toute chose bonne en son temps ; même il a mis dans leur cœur la pensée de l’éternité, bien que l’homme ne puisse pas saisir l’œuvre que Dieu fait, du commencement jusqu’à la fin » (Ecclésiaste 3 : 10 – 11, Segond)
« Toute chose, il l’a faite belle en son temps, même le temps indéfinis, il les a mis dans leur cœur, pour que les humain ne découvrent jamais l’œuvre que le (vrai) Dieu a faite du début à la fin. » (Ecclésiaste 3 : 10 – 11, Traduction du Monde Nouveau : utilisée par les témoins de Jéhovah)
La Bible dit bien ici que c’est Dieu qui a mis dans le cœur l’homme la pensée de l’éternité. L’éternité comme nous le savons est un état d’existence sans fin, sans interruption.
Du point de vue humain comme animal, l’éternité est une existence immortelle, un temps de vie indéfinis, une existence qui ne connaît aucune fin.
L’éternité, la vie éternelle, l’immortalité, le temps indéfinis, a été mis dans le cœur de l’homme par Dieu. Par conséquent, l’homme pensent à une existence immortelle d’une composante de son être. A ce que nous sachions, il n’est pas du tout païen le Dieu qui a mis dans le cœur de l’homme la pensée de l’éternité.
Dans l’histoire du riche et du pauvre Lazare, Jésus-Christ nous montre que l’existence d’une personne ne s’arrête pas à la mort physique. S’il était donc vraie que la doctrine de l’existence après la mort serait païenne, Jésus-Christ n’aurait pas pu enseigner sur une base pareille. Mais dans cette histoire, il laisse clairement entrevoir que les morts ont une certaines existence dans le shéol.
Certains ont suggéré que ce récit est une parabole et rien de réel n’y est conté. il me paraît donc impérieux de faire remarquer une chose :
Jésus-Christ ne cite jamais les noms des personnages dans ses paraboles. Mais dans ce récit, Lazare, Abraham et Moïse sont mentionnés. Trois personnes qui pourront confirmer son récit s’il était contredit.

« Un fait ne pourra s’établir que sur la déposition de deux ou de trois témoins » (Deutéronome 19 : 15)
Dans l’histoire que nous allons examiner, Jésus-Christ attire notre attention, comme le fait remarquer P. Ghennassia, sur le fait que certains sens restent actifs, notamment :

La vue :
 
« Dans le séjour des morts, il leva les yeux …, il vit de loin Abraham et Lazare en son sein. » (Luc 16 : 23)
L’ouie : « Il s’écria .. Abraham répondit… » (Luc 16 : 24 – 25)
Le toucher : « Car je souffre cruellement dans cette flamme. » (Luc 16 : 24)
Le goût : « et envoie Lazare, pour qu’il trempe le bout de son doigt dans l’eau et me rafraîchisse la langue ; ... » (Luc 16 : 24)
 
mort est-elle l'inconscience ?

Après avoir exposé de la conditions des morts dans l’article Les morts existent-ils quelque part ?,
j’ai trouvé important d’apporter des éclaircissement sur les plus grandes objections apportés contre la vérité que les Ecritures défendent.
Une compréhension véridique de certains passages de la Bible devrait amener beaucoup à comprendre que celle-ci ne se contredit pas et qu’elle confirme dans sa totalité une existence d’une composante de l’être après la mort.
Les objections auxquelles je vais apporter des éclaircissements sont tirées de l’article La mort c’est l’inconscience du site Bible basic on line. Son auteur qui y affirme qu’il serait difficile d’argumenter contre les énoncés suivants que nous mettons en rouge :
1. "La souffle (de l’homme) s’envole, il retourne au sol; en ce jour-là même (c.-à-d., à ce moment-là), ses pensées perissent (Psaume l46:4).

La version Parole de vie rend le verset cité ci-haut de la manière suivante :
« Quand ils meurent, ils retournent dans la terre, et ce jour là, leurs projets meurent avec eux. »
Ce passage des écritures veut tout simplement dire qu’à la mort de l’homme, tout ce qu’il avait comme projet meurt avec lui. Ces choses qu’il avait la pensée de réaliser périssent avec lui. Ses desseins ne prendront plus forme car il ne sera pas sur terre pour les matérialiser. S’il voulait épouser une dame quelconque, se payer une belle voiture, s’acheter des nouveaux vêtements, tout cela s’évanouit à sa mort.
2. Les morts ne savent rien.. leur amour, et leur haine, et leur envie sont maintenant péris" (Ecclésiaste 9:5-6). Il n’y a pas de "sagesse dans la tombe" (Ecclésiaste 9:10) - pas de pensée, et, par conséquent, l’inconscience.
Comment les morts ne savent-ils
 rien ?
Il faut déjà noter que l’Ecclésiaste dit que les morts n’auront plus part à ce qui se fait sous le soleil (Ecclésiaste 9 : 6). Le mort ne savent rien en ce qu’ils ne connaissent pas ce qui se passe après eux sur la terre. Ceci est confirmé dans les Ecritures :
« Que ses fils soient honorés, il n’en sait rien. Qu’ils soient dans l’abaissement, il l’ignore. » (Job 14 : 21)
Comment la mémoire (souvenir) de morts est-elle oubliée ?
La mémoire des morts est oubliée car on ne se souviendra plus d’eaux. On aura plus mémoire de leur existence.
« Car la mémoire du sage n’est pas plus éternelle que celle de l’insensé, puisque déjà les jours qui suivent, tout est oublié. En quoi, le sage meurt aussi bien que l’insensé. » (Ecclésiaste 2 : 16)
« Alors j’ai vu des méchants recevoir la sépulture et entrer dans leur repos, et ceux qui avaient agi avec droiture s’en aller loin du lieu saint et être oubliés dans la ville. C’est encore là une vanité . » (Ecclésiaste 8 : 10)
« Ceux qui sont morts ne revivront pas, des ombres ne se relèveront pas ; car tu les a châtiés, tu les as anéantis, et en as détruit tout souvenir. » (Esaïe 26 : 14)
Comment n’y a-t-il aucune œuvre, ni pensée, ni science, ni sagesse dans le séjour des morts ?
Il n’y a aucune œuvre, ni pensée, ni science, ni sagesse dans le séjour des morts car l’état habituel des morts y est le sommeil, le repos.
« Pourquoi ne suis-je pas mort dans le ventre de ma mère ? pourquoi n’ai-je pas expiré au sortir de ses entrailles ? pourquoi ai-je trouvé des genoux pour me recevoir, et des mamelles pour m’allaiter ? Je serais couché maintenant, je serais tranquille, je dormirais, je reposerais, Avec les rois et les grands de la terre, qui se bâtirent des mausolées, avec les princes qui avaient de l’or, et qui remplirent d’argent leurs demeures. Ou je n’existerais pas, je serais comme un avorton caché, comme des enfants qui n’on pas vu la lumière. Là ne s’agitent plus les méchants et là se reposent ceux qui sont fatigués et sans force ; les captifs sont tous en paix, il n’entendent pas la voix de l’oppresseurs ; Le petit et le grand sont là, et l’esclave n’est plus soumis à son maître. » (job 3 : 11 – 19)
Les morts ne se mettent pas à fomenter des projets comme le font ceux qui ont part à ce qui se fait sous le soleil.
3. Job dit que dans la mort il serait "comme s’il n’avait jamais été" (Job 10:l8); il voyait la mort comme l’oubli, l’inconscience et l’absence total d’existence, tout comme nous étions avant d’être nés.
Au fait, pourquoi Job dit-il que dans la mort, il serait « comme s’il n’avait jamais été » ?
Lisons les versets 18 et 19 du chapitre 10 et nous comprendrons.
« 18 Pourquoi m'as-tu fait sortir du sein de ma mère? Je serais mort, et aucun oeil ne m'aurait vu; 19 Je serais comme si je n'eusse pas existé, Et j'aurais passé du ventre de ma mère au sépulcre. » (Job 10 : 18 – 19, Segond)
« 18 Et pourquoi m'as-tu fait sortir du sein [de ma mère] ? J'aurais expiré, et aucun œil ne m'eût vu ! 19 J'aurais été comme si je n'eusse pas été ; de la matrice on m'eût porté au sépulcre ! » (Job 10: 18 – 19, Darby)
« Pourquoi m’as tu fait sortir du ventre de ma mère ? Si j’étais mort avant, personne ne m’aurait vu. Je serais allé directement dans la tombe, comme si je n’avais jamais existé » (Job 10 : 18 – 19, Parole de vie)
Job entrevoyais le fait que s’il était mort-né, il serait comme s’il n’avait jamais existé. En effet, la société commence à prendre conscience de l’existence d’une personne quand une femme est enceinte et que cela est remarquable. La mère quant a elle sent l’enfant qui existe en elle. Mais si elle enfante un mort-né, fait une fausse couche ou encore avorte, très vite après, on ne se représente plus à l’esprit l’existence de cet être qui est parti prématurément. Souvent, il n’est même pas donné des noms à ces enfants qui sont mort aussi précocement. Ainsi, ces enfants, bien qu’ils aient passé quelques mois en vie dans le ventre de leurs mères, sont comme s’ils n’avaient jamais existés.
4. L’homme meure tout comme les animaux (Ecclésiaste 3:18); si l’homme survit à la mort en conscience, alors les animaux le doivent aussi; mais l’Écriture et la science sont tous les deux silencieux sur cela.
L’affirmation selon laquelle l’homme meurt aussi bien que les animaux se réfère aux composantes physiques de leurs êtres. Tous sont victimes de la mort et cela à cause du péché qui a amené la mort sur la terre. Cela n’a rien à avoir avec ce qu’est leur sort après la mort.
« 12 C'est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort s'est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché,... » (Romains 5 : 12, Segond)
« C'est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort a passé à tous les hommes, en ce que tous ont péché... » (Romains 5:12, Darby)
« 20 Car la création a été soumise à la vanité, -non de son gré, mais à cause de celui qui l'y a soumise,- 21 avec l'espérance qu'elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu. 22 Or, nous savons que, jusqu'à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l'enfantement. » (Romains 8 : 20 – 22)
« Car la création a été assujettie à la vanité (non de sa volonté, mais à cause de celui qui l'a assujettie), dans l'espérance que la création elle-même aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour [jouir de] la liberté de la gloire des enfants de Dieu. Car nous savons que toute la création ensemble soupire et est en travail jusqu'à maintenant ; » (Romains 8: 20 – 22, Darby)

5. Dieu "se souvient que nous sommes poussière. Tant qu’à l’homme, ses jours sont comme l’herbe; comme une fleur du champ, ainsi il fleurit. … elle est partie; et sa place n’en sera plus au courant" (Psaume. 103:14-16).
Grâce aux explications données aux points précédents nous pouvons comprendre la vraie portée de cette affirmation. L’homme n’a qu’un petit temps de vie qui lui est imparti sur la terre et à sa mort, il n’a plus de place dans la société des vivants.
Pour approfondir ce sujet, je vous invite à lire l’article : Les morts existent-ils quelque part ?


_________________
http://www.topchretien.com/topmessages/view/178/lenfer-existetil.html
http://solitude.leforum.eu/f84-CROYEZ-VOUS-a-L-ENFER.htm
http://www.unpoissondansle.net/etapres/etapres.php?i=3
http://solitude.leforum.eu/f9-JE-SOUFFRE.htm



Publicité






MessagePosté le: Mer 23 Avr - 06:05 (2008) 
MessageSujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?

Montrer les messages depuis:      
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet    L'ENFER! Index du Forum L'ENFER? L'ENFER? Les morts existent-ils quelque part ?
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

 
Sauter vers:  


Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group © 1998-2002
dvdfuture Theme Created by Jay http://www.dvdfuture.com verson 1.02
Traduction par : phpBB-fr.com